Fièvre hémorragique de crimée-congo

*

*

Home toutes les personnes issues le volume 37 / ne sont pas 2 (Février 2021) Med Sci (Paris), 37 2 (2021) 135-140 complete HTML
Page(s) 135 - 140 SectionM/S RevuesDOIhttps://doi.org/10.1051/medsci/2020277Published online16 February 2021
Med Sci (Paris) 2021 ; 37 : 135–140

La chichement hémorragique de Crimée-Congo, d’un future problématique ns santé en la france ?

Crimean-Congo hemorrhagic fever, a émergence health difficulty in France?


CIRI, quartier général international de recherche en infectiologie, bassin moléculaires de la pathogénie virale, Univ Lyon, Inserm U1111, université Claude boy name Lyon 1, CNRS, UMR5308, ENS de Lyon, 21 way Tony-Garnier, 69365, Lyon, la france

* olivier.reynard
inserm.fr

Résumé

Le virus aux la fièvre hémorragique de Crimée-Congo (CCHFV) est l’agent étiologique d’une cogénération hémorragique grave impacter l’Afrique, l’Asie und le australe de l’Europe. Esquive modifications climatiques ns ces dernières décennies induisent depuis bits une remontée ns l’aire de distribution ns ce virus. De nouveau peu de données scientifique sont disponibles sur les interactions avec son vecteur, les tique, ou dessus sa biologie propre. Cependant, les présence prouver d’infections humaines en Espagne rang des sérologies positives à lintérieur le cheptel la corse pourraient bon concentrer l’attention sur ce pathogène. ça revue faisaient le point sur l’évolution des connaissances éco-épidémiologiques du ce virus, par dessus tout en europe et concède particulièrement en France.

Vous lisez ce: Fièvre hémorragique de crimée-congo

Abstract

The Crimean-Congo hemorrhagic fever virus (CCHFV) is thé etiological agent du a serious hemorrhagic fever affecting Africa, Asia et southern Europe. Climate changes ns recent decades oui recently commander to a increase in the distribuer of this virus. Toujours few scientific data are available on the biology ns its vector, thé tick, jaune its very own biology, cible the proven presence ns human infections observed in Spain et animals with positive serology in la corse should se concentrer our attentif on this pathogen. This review takes stock of the epidemiologic évolution of CCHF in Europe, significantly in France.


© 2021 médecine/sciences – Inserm


*
Article publié entre les état définies par la copyright Creative Commons Attribution patent CC-BY (https://creativecommons.org/licenses/by/4.0), qui autorité sans confinements l"utilisation, les diffusion, rang la rupture sur quelque faire un don que ce soit, entre réserve aux citation correcte de la relaxer originale.


*

Vignette (Photo © WHO/Olivier Reynard).

La fièvre hémorragique du Crimée-Congo (FHCC) dorient causée par un germes pathogène du classe 4 du la clan des Nairoviridae. Cette s’agit d’un virus enveloppé à génome segmenté constitué de trois ARN facile brins aux polarité négative : ns segment ns (large) codant les polymérase aux virus, ns segment ns (small) codant les nucléoprotéine et les petite protéine non structurale S, et une segment moyen (medium) codant das glycoprotéines structurales et non structurales. Cette virus marqué principalement das cellules hépatiques, donc que das endothéliums et les cellules phagocytaires <1-3>, sur lesquels il se fixe via un ou des récepteurs dont la la nature reste de nouveau inconnue. Un rouleau a cependant été suggéré pour la nucléoline, d’un protéine nucléolaire en outre exprimée parce que le membrane des cellules et servant aux récepteurs pour du nombreux ligands <4>. Cette son internalisation, le virus se réplique dans le cytosol. Les virions nouvellement éduquer s’assemblent venir contact de la membrane de l’appareil de Golgi rang bourgeonnent à lintérieur la lumière du celui-ci. Eux sont alors libérés de la cellule infectée moyennant sécrétion. Comme beaucoup de d’autres virus, le virus CCHFV circule sur la diversité continents, selon la distribution du son vecteur, ns tique, et de ses différents hôtes qui peuvent matin sédentaires ou migrateurs <5>. Auprès le réchauffement climatique, les région de répartition ns ce vecteur changent, modifiant ainsi la circulation aux virus, auprès pour effets l’augmentation d’un risque d’émergence à lintérieur de actualité zones géographe <6>.

Cycle écologique de virus

La distribution ns virus CCHFV s’être superpose for localisation aux différentes espèces ns tiques dures du la clan des Ixodidae (notamment le type Hyalomma), ses réservoirs naturels. à lintérieur la nature, esquive larves ns tiques Hyalomma infectent préférentiellement des petit mammifères (rongeurs et lagomorphes) foins des oiseaux, au sein desquels elles se transforment en nymphes. Les nymphes se détaché ensuite du leur daccueil et muent en adultes qui rechercheront un nouveau hôte, un énormément mammifère les plupart ns temps. Celles grands mammifères servent donc d’hôtes amplificateurs sans présenter du symptômes <5>. Esquive tiques femelles infectées pondront des œufs lequel seront porteurs aux virus (transmission trans-ovarienne), admettre ainsi bière à ns nouvelle génération aux vecteurs infectés <7>. Récemment, das reptiles sont venus s’ajouter for liste des espèces jouant une rôle dans la circulation du virus CCHFV, avec sa découverte dans le sang aux tortues du genre Testudo ainsi que dans esquive tiques H. Aegyptiacum qui das parasitent <8>. La épidémie est dissolution transmise jusquà l’homme par les morsures du tiques mais nom de famille peut également matin transmise par contact avec des fluides biologique provenant d’animaux infectés, d’où le risque élevé pour das éleveurs, esquive vétérinaires, par conséquent que ns personnel soignant, et les personnels des abattoirs (Figure 1).


*
Figure 1.Cycle enzootique et épizootique de virus aux la fièvre de Crimée-Congo (CCHFV).

Voir plus: Départements Français : Liste Des Départements En France, Tous Les Départements De France

Celui-ci se faire propage à lintérieur la population ns tiques par voie trans-ovarienne (via les œufs), par la petite rue transtadiale (le germe reste grouper pendant les transitions larves-nymphes und nymphes-adultes), donc que par transmission virémique et non virémique dans la maison de l’animal. La dévolution virémique correspondre à l’infection aux la tique par les sang de l’animal contenant de virus. À l’opposé, la undlion non virémique en vigueur à la transmission inter-tiques lors ns nourrissage d’environ l’animal venir niveau aux regroupements, nommé sites ns co-feeding. Esquive tiques s’être contaminent d’environ le site ns nourrissage par ré-ingestion de virus provenant aux la salive d’autres tiques porteuses voisines. À noter, rongeurs, lagomorphes rang bovidés développent une virémie suite jusqu’à l’infection, cette qui n’est pas le cas à la maison les oiseaux.


La presque des espèces ns tiques permettant ns transmission aux virus CCHFV appartiennent à la clan des tiques dures, les Ixodidae <5>. Celles tiques sont vectrices aux nombreux pathogènes viraux rang bactériens (à l’origine d’encéphalites jusqu’à tique, aux borrélioses, aux rickettsioses, etc.). Le virus CCHFV a lété isolé majoritairement en Eurasie et en Afrique, jusquà partir du différentes tiques appartenir principalement au genre Hyalomma, maïs également pour des tiques ns genre Amblyomma, Rhipicephalus (et ssp boophilus), Ixodes, Haemaphysalis foins Dermacentor <5>. Esquive tiques du genre Hyalomma (ainsi que celles ns genre Amblyomma) sont connu pour leur actes spécifique aux chasse active. Celles différentes Ixodes ont convectif caractéristique aux se nourrir, à cours de leur vie, d’environ un, deux ou trois hôtes. Esquive tiques n’ayant qu’un exclusivement hôte à cours aux leur développement (Rhipicephalus du sous-genre Boophilus, notamment) ne représentent qu’une la faiblesse proportion des tiques pertinent au germe CCHFV <5>. En revanche, das tiques accepter deux ou trois hôtes permettent, quant jusqu’à elles, ns transmission aux virus à différent branches du mammifères.

Contrairement à celle du la famille des Ixodidae, das tiques de la clan des Argasidae, nommé tiques molles, sont décrites profitez-en étant multi-hôtes. Elle se nourrissent en effet d’environ 5 jusquà 20 hôtes différent durant les différents stades ns leur vie. Très peu d’études mentionnent les présence aux virus CCHFV dans celles espèces (uniquement dans das genres Argas rang Ornithodoros) <9-11>, et les tentatives d’infection en laboratoire du ces tiques par le germes n’ont pas abouti <12>. La faible durée aux repas sanguin ns ces espèce semble un m associée à une moindre département à émetteur le virus, comparativement ns Ixodidae, à lintérieur le repas peut durer plusieurs jours <13>. à la maison les tiques infectées, le germe est dissolution retrouvé dans esquive glandes salivaires et les organes reproducteurs <14> ; c’est par les salive plus le virus est réagir à l’animal parasité.

Physiopathologie du l’infection

Alors suite les animaux infectés sont généralement asymptomatiques, l’homme peut développer une infection grave. La épidémie résultant du l’infection par le germes CCHFV présentation quatre étape : une phase d’incubation, une phase pré-hémorragique, ns phase hémorragique et une phase de convalescence, dont la durée et das symptômes associés peuvent varier considérablement <15>. La durée d’incubation cette la morsure de tique peut dernier entre un et trois jours, voire concède d’une quinzaine aux jours dans certaines cas ; cette durée d’incubation orient liée à mode aux transmission du la infectieux (par la tique elle-même ou par des fluides contaminés) <16>. La phase pré-hémorragique orient caractérisée par une montée soudaine ns fièvre, des vertiges, des maux du tête, une photophobie par conséquent que des douleurs dedans le dos et le ventre. La phase hémorragique, lequel se développe 3 jusqu’à 6 jours del le début aux la maladie, est en relation à ns formation aux pétéchies1 und d’ecchymoses, parce que le présence de sang dans les urines et les fèces, et jusqu’à des saignements externe (nez, gencives, peau, etc.). Dans esquive cas les concéder graves, des hémorragies cérébrales und des nécroses massives du foie peuvent am observées. Elle sont en relation à des deviner vitaux défavorables <15>.

Chez l’homme, les hémorragies sont la conséquences de la fragilisation des cellules endothéliales, en raison de à deux infection, mais aussi d’une cascade de mécanismes induits par l’hôte en réponse venir virus <2, 3>. Les dérégulation du l’hémostase qui en résulte provient notamment de l’induction de la sécrétion de cytokines pro-inflammatoires und d’une coagulation intravasculaire disséminée <17-19>. Les taux ns mortalité du la FHCC del infection naturellement varie entré 5 jusquà 40 % <16>. Des epidemic virales nosocomiales sont en outre observées. Elle présentent des taux aux mortalité concède élevés, sans suspect en raison ns l’inoculum famous qui dorient dans cette cas, plus important <16, 20>. La transmission de virus s’effectue donc par communication des liquides biologiques d’un pady contaminé avec les muqueuses de soignant. Ce type aux transmission a lété également observé à la suite aux soins vétérinaires foins dans les abattoirs.

Chez das survivants, la phase ns convalescence dorient longue et commencer 15 jusqu’à 20 jours de le début du la maladie. À l’heure actuelle, seule ns ribavirine dorient utilisée pour le traitement du l’infection. Cet analogiques nucléotidique présenterait une certaine activité lorsqu’ cest utilisé dans das phases précoces aux l’infection, bien que son heureux reste discutée <21, 22>. Virtuellement récemment, une équipe américain a démontré que l’utilisation d’anticorps spécifiques du la GP38 (une glycoprotéine virale non structurale soluble) pouvait blindage des animal contre le germe <23>. La GP38 orient très peu étudiée et cette première découvrir ouvre ns voie à ns nouveaux champs du recherche, tant convectif la compréhension aux virus que convectif la endroits au mission de nouveau traitements. Un seul vaccin est disponible mais clairement en Bulgarie. Plusieurs etc sont en cours ns développement rang devraient permettre dans le futur aux protéger das populations les reconnaissance exposées <24>.

Voir plus: Les Départements De L Ile De France, ⇒ Région Île

Évolution épidémiologie et nouveau enjeux

Au Tadjikistan, des lettre datant du XIIe siècle font référence à d’un maladie dont les symptômes hémorragiques sont similaires jusquà ceux aux la FHCC <5>. Maïs c’est en 1944, lors de la seconde Guerre mondiale, en Crimée, que le germes a été identifié pour la premièrement fois profitez-en étant l’agent étiologique d’une chichement hémorragique contagieuse à l’origine d’une maladie <5>. Le germes responsable a lété isolé und a été nom est « virus de la fièvre hémorragique ns Crimée » <25>. En 1969, il s’est reconnu que cette virus différent en faisaient identique à celui responsable ns la fièvre du Congo, isolé en 1956, d’où ns dénomination ns virus de la « fièvre hémorragique ns Crimée-Congo » (CCHFV convectif le germes et FHCC convectif la maladie)) <26, 27>. Le virus CCHFV s’est finalement révélé endémique à lintérieur plus ns 30 pays jusqu’à travers l’Afrique, l’Asie, l’Europe et le Moyen-Orient (Figure 2).